Manon ne prend pas de poids

Nous sommes le samedi 12 décembre.
Je reçois ce sms : « Bonjour, je suis Amalia la maman de Tania. Nous nous étions vu il y’a 1 an et demi environ pour des soucis d allaitement avec Tania. J’ai de nouveau grandement besoin de votre aide pour ma petite dernière qui a 5 mois et allaitée exclusivement. Ne pèse que 5 kg. Pourrions nous convenir d un rdv svp? »

En quelques mots, je vous redonne son histoire.
Amalia élève ses 4 enfants avec l’aide du papa qui est en pleine reconversion professionnelle : il cumule son emploi et une formation professionnelle le soir et sur son temps libre.
Les aînés ont respectivement 10 et 8 ans. Elle ne les a pas allaités.
Elle se présente accompagnée du papa à la consultation pour Tania 20 mois plus tôt en raison de lésions aux mamelons qui ne guérissent pas.
La petite est alors âgée de 21 jours.
Sa prise de poids est convenable (25g par jour).
La mère est soutenue par une association de soutien à l’allaitement qui l’a orientée vers une consultation car malgré de nombreux soins : compresses de lait maternel, application de lanoline, attention portée aux positions d’allaitement, les douleurs perdurent et deviennent insupportables.
L’évaluation digitale révèle alors un frein de langue inélastique.
Pour l’anecdote, je demande au papa de me tirer la langue et nous constatons que lui aussi présente un frein de langue serré.
Sa femme évoque des ronflements importants et parfois aussi des apnées du sommeil qui l’inquiètent.
Amalia demandera confirmation du frein inélastique auprès d’un médecin ORL qui décide de pratiquer une freinotomie sur le champ car il juge le frein de langue très serré.
Tania mettra 2 semaines à apprendre à utiliser sa langue avec suffisamment d’amplitude et à téter sans blesser les mamelons. Elle tètera ensuite sans difficultés jusqu’à la grossesse de sa maman quand elle a 12 mois.

Amalia a conclu que les douleurs aux mamelons étaient dues à la brièveté du frein.
Forte de cette expérience, elle a intégré la notion que les douleurs de l’allaitement sont à prendre très au sérieux.
Elle met au monde une petite Manon qui dès le début présente une succion très douce et indolore.
Elle porte beaucoup d’attention à bien la positionner et à l’allaiter aux signes d’éveil.
La prise de poids de Manon reste néanmoins très faible (à peine 18g par jour le 1er mois) sans que cela inquiète quiconque excepté la maman qui a des doutes et redouble d’efforts et d’attentions pour son bébé.
Elle me contacte alors que la petite est âgée de 5 mois et allaitée exclusivement. Sa prise de poids est préoccupante : 5 kg seulement pour un poids de naissance de 3,200 kg.
Je demande à ce que la maman voit un pédiatre pour s’assurer du bon état de santé de la petite et écarte les pistes d’un problème cardiaque, d’une infection urinaire, d’un problème métabolique, d’un autre type d’infection.
La maman m’indique qu’elle s’est rendue à plusieurs reprises aux urgences et que les conclusions des médecins étaient que son lait n’est manifestement « pas assez riche » et que des biberons de lait artificiel permettraient à Manon de prendre du poids. Elle culpabilise, elle a l’impression de ne pas savoir s’occuper convenablement de son bébé. Elle est dépassée par la situation.
Lors de la consultation, j’observe un bébé particulièrement menu (elle porte des vêtements taille 3 mois et nage dedans), éveillé et souriante.
Nous passons en revue toutes les causes possibles de manque de lait.
J’en viens à tester la succion de la petite et je découvre un frein de lèvre inséré très bas (il touche le bas de la gencive et empêche la lèvre de se retourner) et un frein de langue postérieur fibreux et serré.
La langue de Manon ne parvient pas à dépasser la première phalange de mon petit doigt et elle brise la succion très vite.
Je suggère donc à la maman de se procurer un tire-lait double pompage de qualité hospitalière et de tirer son lait après chaque tétée quelle que soit la quantité obtenue et de donner aussitôt ces compléments à Manon.
Elle pourra prendre également des plantes galactogogues pour stimuler sa lactation.
Je lui donne un programme assez exigeant de tirage et nous convenons qu’elle donne également des solides nourrissants à sa fille de sorte à lui donner plus de forces.
15 jours passent jusqu’à la freinotomie.
Amalia me confie son angoisse à la perspective d’une intervention.
Je tente de la rassurer.
La nuit qui suit le rendez-vous, Amalia ne parvient pas à dormir tant elle est excitée et heureuse.
A 5h40 du matin, je reçois ce message :
« Dr R. est un homme formidable. D’une gentillesse !
Il a finalement retiré le frein de lèvre +frein de langue. Il a dit que c’était vraiment très serré donc nécessaire.
Tout s’est très bien passé!
Manon tète deja mieux!
Demain pesée en PMI pour avoir un poids de départ et voir dans 1 semaine…
Et une séance ostéo également. »

Une semaine après l’intervention, Manon a pris 250g, du jamais vu depuis sa naissance.
Sa prise de poids continue de progresser sans nouveau souci.
A 6 mois, elle mange des solides riches et continue de téter pour la plus grande fierté de sa maman.